http://www.mnei.fr/wp-content/uploads/2018/04/IMG_20180123_111150_resized_20180202_013211863-300x225.jpg

Relation bien-être individuel et comportements pro-environnementaux : le projet Cohérence-Soi-En-Action (COSE Action)

 

Depuis quelques années, les discours sur l’écologie et l’éducation à l’environnement sont de plus en plus présents, tant dans les médias comme à l’école. Cependant, ils se heurtent à des limites : accéder à certaines populations, obtenir une écoute et sortir d’un discours d’urgence ou culpabilisant, dépasser la simple prise de conscience et créer les conditions favorables à la mise en œuvre de comportements et d’actions durables dans le temps.

Il apparait alors important de proposer d’autres modes de sensibilisation à l’environnement d’une part, et de comprendre d’autre part quels sont les mécanismes psychologiques permettant de créer une affiliation forte vis-à-vis de la nature, et plus largement de notre environnement, et d’inspirer des comportements pro-environnementaux, intrinsèquement motivés et durables.

Dans les pays majoritairement individualistes, riches et modernes d’Europe et des Etats Unis, il reste des personnes pour qui l’environnement est secondaire, ou appartient au domaine des idées. En revanche, leur bien-être individuel est une priorité non négociable, mais les déterminants de ce bien-être sont souvent mal connus et tendent uniquement à répondre à des sollicitations liées au plaisir et à la dimension hédonique de la vie.

L’intervention s’appuie sur le programme CARE (Cohérence, Attention, Relation, Engagement, Shankland, Durand, Paucsik, Kotsou, et André, 2018) avec un focus particulier sur le rapport à l’environnement et à la nature en particulier, tout en permettant d’améliorer le bien être dans les organisations.

L’intervention COSE-Action vise à :

  1. Identifier son rapport à l’environnement naturel et social (repérer les automatismes dans le quotidien) ;
  2. Développer une relation positive à l’environnement et aux autres (identifier en quoi la nature nous fait du bien, quelle place elle occupe dans notre quotidien, orienter l’attention vers les relations positives et ce qu’elles nous apportent, etc.) ;
  3. Cultiver les valeurs pro-sociales et pro-environnementales (comment j’envisage ma vie dans 10 ans en lien avec l’environnement naturel et social ? Qu’est-ce que je souhaiterais avoir accompli dans ces domaines d’ici-là ? Quels sont les valeurs pro-sociales et pro-environnementales en lien avec mes « rêves d’enfant » que je souhaiterais davantage transposer en action aujourd’hui ?) ;
  4. S’engager dans de nouveaux comportements écoresponsables (achats responsables, tri sélectif, économie d’énergie, alimentation bio et locale, etc.) pour augmenter la cohérence entre les valeurs pro-sociales et pro-environnementales, entre la vie privée et la vie au travail. Ces actions seront choisies parmi toutes les propositions faites par les salariés des structures cibles et seront soutenues par les responsables des structures et accompagnées afin d’assurer leur mise en œuvre concrète et suivie sur le terrain. Les actions choisies en vue d’une mise en œuvre dans le cadre de sa vie privée seront soutenues en fonction de la thématique concernée (énergie, transport, alimentation, etc.) ;
  5. Favoriser le maintien des nouveaux comportements adoptés (identifier les bénéfices pour soi, autrui et l’environnement, identifier les leviers permettant de maintenir ces pratiques ainsi que les relais pouvant soutenir ce maintien). Un suivi est proposé à 6 mois, afin d’évaluer quels comportements ont été retenus ou non.

IMG_20170530_130228Témoignages

Les retours des participants en fin de séance 5 et 8 ont été regroupés selon différents thèmes :

  • Ralentir, prendre du recul sur sa vie et ses comportements automatiques :

« Sortir du speed », « Effets positifs sur mon impulsivité », « Prendre du recul », « Je fais plus attention aux petites choses », « Ne plus me prendre la tête », « J’avais l’impression de vivre à trois cent à l’heure et ralentir m’a fait du bien », « Le temps est passé vite, et en même temps c’est cool j’ai pris conscience de vivre plein de belles choses », « J’arrive mieux à apprécier le moment présent, à prendre du recul », « Je voudrais vraiment vous remercier, … ça m’a fait du bien, il a fallu que je passe la première séance de départ c’était un peu bizarre. Si dans toutes les entreprises il pouvait y avoir ce genre de programme, ça fait prendre conscience de plein de choses, j’espère que ça va perdurer et être transmis à plein de gens ».

  • Augmenter son bien-être requiert des efforts personnels :

« Il faut faire des efforts », « C’est aussi la pratique que je retiens, c’est la plus difficile à faire et parallèlement c’est celle qui me fait le plus de bien ».

  • Faire lien avec la nature :

« Je me suis rendue compte que la nature me faisait du bien ».

  • Mettre en œuvre dans le quotidien et s’approprier les pratiques issues du programme CARE :

« Le soir je cherche les instants qui me font du bien ».

  • Se sentir relié à soi, à autrui :

« Moi ce que je retiens c’est le non-jugement, par rapport à moi-même et aux autres, être moins dure avec moi, et essayer de comprendre pourquoi les autres agissent comme ça », « Apprécier les choses toutes bêtes, j’ai pris conscience d’être content d’avoir passé un moment avec ma mère », « Profiter du chemin, ne pas attendre le résultat, pas être comme les gens qui disent vivement la retraite ! », « Ça aurait été bien qu’il y ait des gens réticents », « Il y a un lien qui s’est créé entre nous, si un jour ça va pas, j’aurai plus facilement la force de le dire, à la machine à café on se dit d’autres choses que qu’est-ce que t’as fait ce week-end ? ».

Action !

Projet primé à la journée de l’Innovation Positive – 2ème Prix

Présentation en marge du congrès mondial de psychologie positive, Montréal – 2017

Présentation au congrès français et francophone de psychologie positive, Metz, 2019

60 actions actuellement planifiées, du traitement des eaux de pluie, au transport responsable, achats locaux en passant par le ménage avec des produits écologiques. Des salariés impliqués et motivés dans les projets. Un soutien de la MNEI au niveau des actions individuelles et de l’entreprise.

Action déjà menée chez …

  • Guichon Valves
  • Leborgne
  • Grenoble Ecole de Management
  • Haute Savoie Habitat

En images :

http://www.mnei.fr/wp-content/uploads/2018/04/IMG_20170919_123242_resized_20180112_112127066-300x225.jpg http://www.mnei.fr/wp-content/uploads/2018/04/IMG_20180123_111150_resized_20180202_013211863-300x225.jpgIMG_20170530_130228

 

Contact :

Baptiste Frattina : bfrattina@gmail.com / 07 81 08 69 85 & Rachel Julien : projet@mnei.fr / 04 76 51 56 75

Communications :

http://www.mnei.fr/index.php/cose-action-pour-associer-psychologie-positive-et-environnement/

http://www.mnei.fr/index.php/la-mnei-fait-de-la-psychologie-positive-a-montreal/